Archive | septembre 2012

Best of juillet-août

L’objectif de l’été était clair : recevoir les potes et profiter de la région. Il y a donc eu plus de barbecue que de jours de travaux. On a quand même profité des vacances pour se lancer dans un des dernier gros morceau : la terrasse !

Repérée chez Castorama, (lame en pin Classe 4 modèle Radiata, l : 14,5cm/ L : 2,4m/ épaisseur : 2,7cm)  livrée pour le premier jour des vacances (chic c’est la canicule) c’est parti pour 5 jours de … (au choix) corvée/insolation/courbatures/bronzage.

130 plots / 100 lames / 50 lambourdes / beaucoup de sable

Étape 1 : terrassement :

Décaisser et niveler le terrain, trop fastoche : il a juste plu pendant 6 mois le sol est donc une énorme masse argileuse impénétrable… On a failli y laisser la bêche, mais on a réussi : on termine avec une couche de tout-venant, plus sympa que de se rouler dans la terre pour le reste des opérations.

Étape 2 : la structure.

130 plots béton à aligner et mettre de niveau les uns avec les autres, plus pénible qu’une épreuve de Fort Boyard.

Ah oui j’oubliais > étape 1.5 l’ingénierie : tous les savants calculs pour combiner la longueur des lames / les coupes / l’écartement des lambourdes / les conseils de Mr casto  / les astuces chopées sur Internet…  toussa toussa.

Étape 3 : la pose des lames.

Le plus dur est derrière nous, il ne reste plus qu’à découvrir la terrasse lame après lame. Enfin c’est ce qu’on croyait … Rapide coup d’œil en ligne pour prendre les derniers conseils pour le vissage, et partout on me parle de « vis de bout de lame ». Sauf que chez moi les bouts de lame sont dans le vide vu que Mr casto m’a dit « lambourdes tous les 40cm maxi » – MAXI, çà veut dire « faites comme vous voulez du moment qu’il y a maxi 40cm » et non « il faut que les bouts de lames tombent sur une lambourde »  …
Bref, une insomnie plus tard, on arrive à l’aube à la cour des matériaux pour exposer le pb a Mr Casto … Et le verdict tombe : « il faut impérativement fixer les bouts de lame dans une lambourde, ah je vous l’avais pas dit … ».

Rappel, à cet instant on en est là :
> les 130 plots sont soigneusement alignés
> on a fini le plus relou
> on est dans notre budget

Et là Mr Casto nous propose 2 solutions : soit on refait tout (mais bien sûr), soit on remet des plots + lambourdes entre chaque (et donc re-poser une centaine de plots, 4 euros le plot … sympa). Merci Mr casto, au revoir, on va réfléchir…

Réunion de crise, on réunit les ouvriers (donc B, le chat et moi) et on brainstorme : 10 litres de jus de cerveau plus tard, alléluia, la solution nous apparait : on va faire une contre structure en forme de « H » avec des lambourdes. Pas de plot supplémentaire à poser, 3 ou 4 lambourdes à acheter parce qu’on va pouvoir utiliser toutes les chutes, et par contre beaucoup de calculs pour que les raccords tombent juste.
Et ça donne :

Étape 4 : la pose des lames (le retour).

Cette fois c’est bon, la méga structure est terminée. Ça nous donne quelque chose comme 20cm entre chaque lambourde … c’est pas près de s’écrouler ! On oublie vite les déboires de l’étape précédente, et on s’accorde pour se dire qu’on prend notre temps et qu’on soigne le truc jusqu’au bout. Résultat, en bon psychopathes de la finition, pour chaque vis on pré-perce et on fraise le trou pour que la tête de vis s’intègre parfaitement. On choisi aussi de poser les lames sur « l’envers », car on préfère la finition lisse à celle striée.
Les après-midi caniculaires, nous contraignent à démarrer tôt le matin – faire une pause l’AM – finir tard le soir, pas grave ça va nous permettre d’aller acheter un parasol. NB : trouver un parasol (et un pied) après le 15 aout c’est mission impossible !

Lame après lame on découvre peu à peu le résultat, ça va déchirer !

Étape 5 : finitions.
Quelques spots solaires, des bambous, de quoi s’affaler au soleil : tout est opé pour accueillir nos premiers vacanciers !

La fin du mois d’août sera une longue succession d’apéros au son de « radio terrasse ».